Un Amour Inattendu

Chapitre 11

chapitre-11*Seize heures trente, gymnase du lycée*

Annabeth est assise sur les gradins de la salle de danse, à regarder l’entraînement. « Et dire que si tu n’as pas cet espèce de machin à l’intérieur de toi, tu pourrais être avec ton groupe, à t’entraîner et t’éclater… mais non, toi, tu es assise là, comme une pauvre conne qui a tout perdu. » se dit sa conscience, complètement lassée de la situation.

  • Bon, je vous laisse une pause de dix minutes.

La voix de son professeur de danse la ramène à la réalité, il s’approche d’elle et s’assit à ses côtés.

  • Anna…qu’est-ce que tu fais ici ?
  • Je regarde l’entraînement…
  • Tu te fais du mal en venant ici.
  • Alors là, pas du tout.

« Mais comment tu mens mal toi… j’hallucine. » s’exclame sa conscience en s’arrachant les cheveux. En réalité, Anna est profondément blessée d’avoir été renvoyée, elle a la sale impression d’avoir perdue une partie d’elle. Sans la danse, Annabeth n’est plus rien…

  • Je sais parfaitement ce que ça fait…
  • Ah vraiment ? Alors expliquer moi, expliquer moi ce que ça fait…

Anna a parlé froidement, « Comment cet enfoiré peut savoir ce que tu ressens ?! » rie sarcastiquement sa conscience.

  • J’étais danseur moi aussi, je faisais du Hip-Hop, un jour de compétition, j’ai fait une mauvaise chute.
  • Et ?
  • Rupture du ligament antérieur croisé du genou gauche, fauteuil roulant pendant deux mois puis rééducation. Alors tu vois, je sais ce que ça fait d’être sur le banc de touche, croit moi, je le sais, tu es détruit, tu te sens inutile…c’est le pire sentiment du monde. J’ai vécu quelque chose de semblable à ta situation, j’ai connu exactement les mêmes sentiments, je sais que tu t’en remettras, tu es assez forte pour ça.

Annabeth se lève sans dire un mot, elle quitte la salle de danse et traverse les couloirs du gymnase pour aller voir ses frères dans leur salle de boxe. Elle passe devant une porte, celle-ci s’ouvre, Anna se fait attrapée par le col de sa veste et tirée à l’intérieur, la pièce est sombre, la personne a glissé sa main sur la bouche d’Annabeth, l’empêchant d’hurler ou de parler, ses bras sont tenus.

  • Arrête de bouger Anna…

« Bon dieu de merde, il m’a fait peur cet enculé ! » hurle sa conscience complètement déboussolé et affolée.

  • Lâche-moi, Jake !
  • Je te lâche si tu me promets de ne pas crier.
  • D’accord…
  • Il faut qu’on parle, alors je vais te lâcher, tu ne vas pas crier, sinon je vais devoir te maîtriser.
  • Oui, c’est bon…

Jake la lâche et allume la lumière, « un placard à balai, j’aurais pu tomber sur pire en fait… » se moque sa conscience.

  • Je veux qu’on discute sérieusement de la situation.
  • Très bien, de quoi tu veux parler ?
  • D’elle, je veux que tu me laisse voir ma fille, que tu m’envoie des photos des échographies et qu’on choisisse le prénom ensemble.

Annabeth se met à rire nerveusement et ferme les yeux en secouant la tête, « Il croit quoi lui ? Que je vais dire oui et le supplier de revenir dans ma vie ? » rie sarcastiquement sa conscience. « Au fond, il a le droit à certaine chose… » conclut sa conscience.

  • Très bien, tu auras le droit de venir la voir, il faudra avant que tu me préviennes de tes visites, soit par message, soit en m’appelant, je t’enverrais des photos lorsque j’irais passer des échographies et lorsqu’elle sera née, on pourra choisir le prénom ensemble. Mais que les choses soit clair, toi et moi, c’est fini, il n’y a plus rien, d’ailleurs, il n’y a jamais rien eu, c’était une erreur, et cette nuit a changé nos vie…

*Dix-sept heures trente, maison des WALKER*

La porte claque, Hope est dans la cuisine, buvant un thé. Annabeth apparait, elle jette son sac de cours à terre et croise les bras sur sa poitrine.

  • Quelque chose ne va pas ma chérie ? demande Hope
  • Tu l’as appelé ! s’écrie la jeune maman
  • Qui ça ?
  • Jake, tu l’as appelé après mon échographie !
  • Oh…comment tu l’as su ?
  • Il me l’a dit. Alors, explique…

Hope soupire et pose sa tasse de thé sur la table, elle va se mettre en face de sa fille et pose ses deux mains sur son visage.

  • Il doit savoir qui elle est…
  • Tu n’avais pas le droit maman….
  • J’ai fait ça pour ton bien Anna, croit moi.
  • Mais tu n’avais pas le droit !
  • Si je ne l’avais pas fait, tu l’aurais fait ?
  • Non…
  • Jake est quelqu’un de bien, c’est un con, ça c’est certain, mais ne le prive pas de cet enfant, c’est tout ce qu’il te demande…

Annabeth soupire et ferme les yeux, sa mère l’embrasse le front et retourne s’asseoir.

  • Dan a failli se battre avec Jake ce matin…

Hope pousse un grognement de mécontentement et lève les yeux au ciel.

  • Comment ça, encore ?!
  • Oui, encore…
  • Faut vraiment que je discute avec ton père et ton frère.

Anna rigole et dit un « oui, moi aussi je dois leur parler… »

La porte claque à nouveau, des chuchotements se font entendre, puis Peter, Matthew, Kyle, et Daniel passent très vite devant la porte de la cuisine, ils tentent de monter les escaliers mais Hope les interpelle.

  • Restez-là ! ordonne la mère de famille

Les quatre frères débarquent dans la cuisine, la tête baissée.

  • Vous avez encore failli vous batte pas vrai ?
  • Oui maman… dirent les quatre frères en cœur
  • Encore pour défendre votre sœur ?
  • Oui maman…
  • Vous savez ce que ça veut dire ?
  • Oui maman…

Ils quittent tous la cuisine, « Ils repartent la queue entre les jambes ! »ricane sa conscience.

  • Tu as une idée pour l’anniversaire de Dan ?
  • Aucune, mais je trouverais bien.
  • Je te fais confiance, aller, va voir tes frères.

Annabeth se lève et monte à l’étage, elle entre dans la chambre de Daniel qui est allongé sur son lit, les écouteurs sur les oreilles, la musique à fond. Annabeth saute sur le lit, faisant sursauter son frère, il retire ses écouteurs et se redresse.

  • Anna…ce n’est pas bon pour le bébé.
  • Mais si, un peu de sport, ça ne lui fera pas de mal.
  • Que me vaut ta visite…?
  • J’ai parlé avec Jake…
  • Anna, je t’avais dit de pas…
  • De pas l’approcher, je sais. Mais il m’a choppé quand je venais vous voir à l’entraînement, on a parlé et on s’est mis d’accord sur certaines choses concernant le bébé, que tu sois d’accord ou non, je m’en fous, c’est conclu maintenant.

Daniel ne dit rien et soupire avant de prendre Annabeth dans ses bras et de lui embrasser le sommet du crâne « Tu es une tête de mule, Anna » dit Daniel en rigolant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s